Il est possible d’avoir recours à une rupture conventionnelle avec un salarié inapte :

Il est possible d’avoir recours à une rupture conventionnelle avec un salarié inapte :

Publié le : 21/05/2019 21 mai mai 05 2019

En 2018, le nombre de ruptures conventionnelles a battu un nouveau record : 437 700 ont été homologuées par le Ministère du Travail,
La rupture conventionnelle permet à l'employeur et au salarié en contrat à durée indéterminée (CDI), de convenir d'un commun accord des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie.
Depuis de nombreuses années, il est admis qu’une rupture conventionnelle peut être conclue même si le contrat de travail du salarié était suspendu (congé maternité, accident du travail, …)
Cette rupture conventionnelle lors d’une suspension du contrat de travail est possible à condition qu’il n’y ait ni fraude, ni vice du consentement.
Très vite s’est posé la question de savoir si une telle rupture pouvait être appliquée à un salarié déclaré inapte.
En 2014, la Cour de Cassation avait estimé qu’il était possible de conclure une rupture conventionnelle lorsque le salarié a été déclaré apte avec réserves après un accident du travail (Cass. Soc., 28 mai 2014, n° 12-28.082).
Dans un arrêt très récent du 9 mai 2019, la Cour de Cassation va plus loin et admet la possibilité de signer une rupture conventionnelle avec un salarié déclaré inapte.
La seule condition posée par la Cour, c’est qu’il n’y ait eu ni fraude ni vice du consentement.
Ainsi, cette position de la Cour de Cassation va dans la continuité de la jurisprudence antérieure qui avait retenue la possibilité de signer une rupture conventionnelle lors de la suspension du contrat de travail.
La rupture conventionnelle est aussi possible quand le salarié a été déclaré inapte par le médecin du travail y compris si cela fait suite à un accident du travail.
Cette décision, très attendue, est très intéressante dans la mesure où elle facilite pour les employeurs la gestion des inaptitudes des salariés.  
En effet, la rupture conventionnelle peut donc être une alternative intéressante, dans le cadre d’une procédure d’inaptitude notamment, avec l’obligation de reclassement, à condition bien sûr de respecter les droits du salarié.
Cour de cassation, chambre sociale, 9 mai 2019, n° 17-28.767
 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.