Le dépassement de la durée maximale annuelle prévue par un accord collectif pour les contrats intermittent n’affecte pas à lui seul la qualification de contrat intermittent

Le dépassement de la durée maximale annuelle prévue par un accord collectif pour les contrats intermittent n’affecte pas à lui seul la qualification de contrat intermittent

Publié le : 05/10/2017 05 octobre oct. 10 2017

Il est possible dans certaines entreprises d’avoir recours au travail intermittent qui est l’alternance de périodes travaillées et non travaillées qu’impliquent les fluctuations d’activités. Ce contrat est souvent mis en œuvre dans les emplois permanents qui, par nature comportent une alternance, c’est le cas par exemple de formateurs ou d’entraineurs sportifs.

L’employeur ne peut, de sa seule initiative, proposer un contrat de travail intermittent, en effet, une convention ou un accord collectif doit autoriser le recours à un tel contrat.

Le contrat de travail intermittent est obligatoirement conclu pour une durée indéterminée et par écrit.

Ce type de contrat doit préciser la durée annuelle minimale de travail du salarié concerné. Cette dernière peut être dépassée avec une limite, les heures effectuées au-delà ne doivent pas, sauf accord de l’intéressé, excéder le tiers de la durée fixée par le contrat.

La convention ou l’accord collectif peut prévoir une durée maximale à ne pas dépasser pour le contrat intermittent.

C’est le cas dans un arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 2 mars 2016 (n°14-23009), où une association sportive avait engagé un entraineur de badminton par le biais d’un contrat intermittent dont la convention collective nationale du sport prévoyait une durée maximale annuelle de 1 250 heures.

Le salarié de l’association a saisi le Conseil de Prud’hommes dans le but de faire requalifier son contrat de travail intermittent en contrat à temps plein au motif que la durée maximale prévue par la convention collective nationale était dépassée.

En effet, le salarié de l’association dont le contrat prévoyait une durée minimale annuelle de 630 heures, estimait avoir réalisé plus de 1 250 heures ce qui correspond à la durée maximale prévue pour un contrat de travail intermittent dans le cadre de la convention collective nationale du sport.

Dans un premier temps le salarié a apporté des preuves sur la réalisation des heures complémentaires afin de justifier sa demande de requalification.

Cependant, la Cour de Cassation a estimé « que le seul dépassement de la durée du travail convenue dans un contrat de travail intermittent ne suffit pas à entrainer la requalification de ce contrat en un contrat de travail permanent, et à contraindre l’employeur à rémunérer les périodes non travaillées ; qu’en déduisant du seul dépassement au demeurant occasionnel des périodes de travail convenues au contrat que ce contrat devait être requalifié en contrat permanent, la Cour d’appel a violé les articles L 3123-31 et suivants du Code du travail ensemble l’article 4. 5 de la convention collective nationale du sport, dans ses dispositions alors applicables. »

Ainsi, la position de la Cour de Cassation est claire, le dépassement de la durée maximale annuelle prévue par un accord collectif pour les contrats intermittent n’affecte pas à lui seul la qualification de contrat intermittent.

C’est la première fois que la Cour de Cassation rend une décision sur une telle demande de requalification et la position adoptée est claire et sans équivoque.

Cass. Soc. 2 mars 2016, n° 14-23.009, P+B+R

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.