Bail commercial

Bail commercial : obligation de délivrance et exonération de responsabilité inapplicable

Auteur : MEDINA Jean-Luc
Publié le : 31/03/2022 31 mars mars 03 2022

La Cour de Cassation a récemment traité un problème intéressant sur le contour de l’obligation de délivrance du bailleur à l’aune d’une clause habituelle figurant dans les baux commerciaux, prévoyant que le preneur doit faire son affaire personnelle des dégâts causés aux lieux loués et des troubles de jouissance causés par les autres occupants de l’immeuble, voisins ou tiers, sans que le bailleur puisse être recherché. Il s’agit d’une clause habituelle dite de « renonciation à recours contre le bailleur ».

Cette clause est parfois élargie à la renonciation à recours à l’encontre de l’assureur du bailleur.

En l’espèce, un ensemble immobilier avait été entièrement détruit par un incendie qui avait pris naissance dans un des locaux loués, incendie qui s’est propagé à tout le bâtiment.

Or, les locaux loués comportaient des non-conformités des éléments de construction du bâtiment aux prescriptions de sécurité incendie et aux normes en la matière.

Le locataire avait eu connaissance de ces non-conformités par le procès-verbal de visite périodique de la commission de sécurité qui est intervenu 6 mois avant l’incendie.

La question juridique posée à la Cour est de savoir si la clause exonératoire de responsabilité du bailleur, relative à son obligation d’assurer au preneur la jouissance paisible des lieux loués pendant la durée du bail, pouvait lui permettre de s’exonérer de toute responsabilité alors que la question de la non-conformité aux normes de sécurité peut affecter l’obligation de délivrance du bailleur.

L’article 1719 du Code Civil est très clair : « Le bailleur est tenu à une obligation de délivrance de la chose louée afin que le preneur puisse en tirer toutes les satisfactions. »

L’article 1721 du Code Civil dispose qu’il est dû garantie au preneur pour tous les vices ou défauts de la chose louée qui en empêchent l’usage, quand bien même le bailleur ne les aurait pas connus lors du bail.

L’obligation de délivrance est donc une obligation fondamentale et essentielle du bail.

Elle a une nature d’obligation d’ordre public reconnue par la jurisprudence (Cour de Cassation, 3ème chambre, 31 octobre 2012, n° 11-12.972 et 11-20.660).

Le bailleur ne peut pas s’exonérer de son obligation de délivrance.

Depuis l’instauration de la loi Pinel et notamment du décret du 3 novembre 2014, le bailleur ne peut plus s’exonérer des grosses réparations et notamment des travaux dus à la vétusté.

Il s’agit d’une disposition d’ordre public prévue à l’article R 145-35 du Code de Commerce.

La Cour de Cassation, dans l’espèce décrite, considère que le bailleur est obligé, par la nature du contrat sans qu’il soit besoin d’aucune stipulation particulière, de délivrer la chose louée au preneur.

C’est un rappel du texte et de la jurisprudence désormais constante sur ce sujet.

Le bail contient une clause exonératoire de responsabilité du bailleur relative à son obligation d’assurer au preneur la jouissance paisible des lieux loués pendant la durée du bail.

Mais la Cour de Cassation rappelle que le bailleur est tenu à une obligation envers le locataire de réaliser les travaux nécessaires à la délivrance conforme du bien loué et qu’il doit garantie au locataire pour tous les vices ou défauts de la chose louée.

Dès lors, le bailleur ne peut s’exonérer par une clause contractuelle de l’obligation de procéder aux réparations rendues nécessaires par les vices affectant la structure de l’immeuble.

La Cour d’Appel de REIMS avait considéré que la clause de renonciation à recours contre le bailleur était opposable.

La Cour de Cassation censure cette motivation et considère qu’il appartenait à la Cour d’Appel de rechercher si le défaut de conformité du local n’avait pas, en permettant la propagation de l’incendie, participé à la réalisation du dommage subi par le locataire.

Dans cette affaire, il convenait de procéder à 2 vérifications : 

- analyser la clause de renonciation à recours qui ne doit pas s’interpréter en tout état de cause comme une exonération du bailleur à son obligation de délivrance

- le défaut de conformité du local doit avoir joué un lien de causalité dans la propagation de l’incendie qui a détruit le bien  Ainsi, le bailleur ne pourra pas s’exonérer de sa responsabilité au titre de son obligation de délivrance qui comporte une obligation de délivrer un bien conforme en termes de sécurité.
Cour de Cassation, 3ème chambre civile, 26 janvier 2022, n° 18-23.578


Cet article n'engage que son auteur.
 

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.