Licenciement prononcé à l’expiration de la période légale de protection après un refus de l’inspection du travail : ne surtout pas se prévaloir des mêmes faits !

Publié le : 05/10/2017 05 octobre oct. 10 2017

Lorsque l’inspecteur du travail refuse d’autoriser le licenciement d’un salarié protégé, l’employeur ne peut pas, une fois la période de protection achevée, licencier le salarié en se fondant sur les mêmes motifs que ceux qu’il a déjà invoqués devant l’inspecteur.

Le contrat de travail d’un salarié d’une société au sein de laquelle il exerçait les mandats de délégué du personnel et délégué syndical, est transféré à l’entreprise « repreneuse ». Refusant d’exécuter certaines tâches de manutention chez le nouvel employeur, il fait l’objet de deux procédures de licenciement pour faute, lesquelles ont donné lieu à des décisions de refus d’autorisation par l’administration du travail. À l’expiration de sa période de protection, et refusant à nouveau d’accomplir les tâches litigieuses, il est licencié pour faute grave. Au stade de l’appel, les juges ont décidé que le licenciement du salarié reposait sur une cause réelle et sérieuse. Un pourvoi est formé.

La Cour de cassation casse et annule l’arrêt rendu par la cour d’appel, en ce qu’il a débouté le salarié de sa demande de dommages-intérêts pour licenciement « nul ou sans cause réelle et sérieuse ». Elle pose comme principe que le licenciement prononcé à l’expiration de la période légale de protection ne peut être motivé par des faits invoqués devant l’autorité administrative et qui ont donné lieu à une décision de refus d’autorisation du licenciement(V. déjà, Cass. soc., 3 juill. 2003, n° 00-44.625 : JurisData n° 2003-019718 . – Cass. soc., 11 juin 2008, n° 06-46.191). La cour reproche aux juges Versaillais d’avoir statué comme ils l’ont fait en considérant comme incluses dans son contrat de travail les tâches de manutention à l’origine du litige et, partant, comme fautif le refus du salarié de les accomplir. Ce, alors que l’autorité administrative avait précédemment refusé d’autoriser le licenciement du salarié au motif que ces tâches n’étaient pas inhérentes au contrat et résultaient d’une modification que le salarié était en droit de refuser.

Sources : : Cass. soc., 23 sept. 2015, n° 14-10.648, M. G. c/ M. B. et a. JurisData n° 2015-02105

Historique

<< < 1 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.